CORAIL ROUGE (Corallium rubrum, Linnaeus, 1758)

Description de l’animal  

Identité :

Embranchement : Cnidaires          

Classe                    :Anthozoaires       

Ordre                     :Gorgonacea          Famille                   :Coralliidae

Genre                     :Corallium

Nom scientifique :

    Corallium rubrum

Noms locaux : Marjane 

Clef d'identification : Colonie rigide, arborescente, pourvue de ramifications orientées selon plusieurs plans irréguliers, cylindriques et relativement courtes et disposées de toute part sur les rameaux. Squelette axial entièrement minéralisé de couleur rouge, rose en grande profondeur et exceptionnellement blanchâtre. Polypes blancs (5 mm) très protubérants, surmontés d’un disque buccal entouré de 8 tentacules pauvres en cellules urticantes. Sclérites visibles au microscope (50–100 µm), caractéristiques, en « os de chien ».

Distribution & Habitat

Espèce plus ou moins endémique de la Méditerranée, elle est localisée essentiellement dans la partie occidentale. Elle a également été signalée sur la côte Atlantique entre le Portugal et le Cap vert. Cette espèce était présente en Méditerranée au Crétacé supérieur, il y a environ 8 millions d’années. C’est une espèce sessile et benthique. Elle vit fixée sur des substrats durs. On retrouve le corail rouge à faibles profondeurs, au plafond des grottes, quand la luminosité diminue progressivement sous des surplombs rocheux, dans les excavations ou à la lisière des crevasses, sur les pentes douces. On le rencontre dès 5 m de profondeur de nos jours, mais il évolue plus spontanément par 30 ou 40 m de fond, jusqu'à 100 m. Il peut pousser jusqu’à 400 m deprofondeur.

 

Au Maroc, le corail rouge est présent en grandes concentrations entre Cap Spartel et Larache. Des faibles densités sont observées en Méditerranée marocaine (Zones Tofinio et Topo).

                                                    

Biologie- Ecologie 

Le corail rouge vit fixé sur les parois des grottes semi obscures, ainsi que sur des falaises rocheuses plus profondes. Le corail rouge a aussi besoin d'eaux limpides et agitées à une température moyenne de 15°C.

C'est un consommateur microphage zoophage prédateur (= carnivore) qui capture de petites proies planctoniques à l'aide des tentacules des polypes qui constituent un fin réseau qui filtre l'eau de mer et retient œufs, larves, crustacés copépodes et des particules organiques inertes. C’est un filtreur passif (= suspensivore). Les cavités internes des polypes communiquant entre elles, les produits de la digestion profitent au reste de la colonie.

Il se reproduit par voie sexuée, les colonies étant hermaphrodites. La fécondation est externe et l'œuf donne naissance à une larve ciliée ou planula qui se fixe sur un substrat dur et donne un petit polype qui forme par bourgeonnement une colonie. Il n'y a donc pas de stade méduse dans le développement de cet animal. Le corail rouge se multiplie aussi par voie asexuée par bourgeonnement. La croissance est lente. Les organes génitaux du corail se trouvent à l'intérieur des polypes. Les sexes sont normalement séparés. La maturation des cellules reproductrices mâles s'effectue en un an ; elle commence au début de l'été. Par contre, la maturation des gonades femelles s'effectue sur deux ans. Celle-ci débute lentement la première année pour être pleinement réalisée au début de l'été de la 2ème année (Vighi, 1972). Après leur émission par le polype mâle, les spermatozoïdes nagent à la rencontre du polype femelle. La fécondation se réalise à l'intérieur du polype. La jeune larve, appelée planula, se développe pendant 20 à 30 jours dans le polype avant de sortir en pleine eau : le corail rouge est donc vivipare. L'émission des larves s'échelonne entre le mois de juillet et le début du mois d'octobre suivant la profondeur. Les larves nagent de 4 à 15 jours, d'abord en direction ascendante, à la recherche d'un plafond de grotte. Si elles ne trouvent rien, leur nage devient descendante, jusqu'à ce qu'elles rencontrent un substrat favorable à leur métamorphose, dont les mécanismes et le contrôle sont totalement inconnus. Il semble d'autre part que la larve soit insensible à la lumière, suggérant ainsi que la répartition du corail rouge vis-à-vis de la lumière résulte soit d'une absence de site propice à la métamorphose dans les zones éclairées, soit d'un problème de croissance des jeunes colonies (par compétition avec les algues par exemple). Après sa métamorphose, la jeune larve commence à édifier un squelette : une nouvelle colonie de corail est née. La maturité sexuelle des premiers polypes sera atteinte au bout de 2 ans environ. Il semblerait que la croissance des jeunes colonies soit initialement rapide puis elle ralentit après quelques années.

Les colonies du corail rouge sont les plus vieux animaux vivants du monde. Leur longévité dépasse de loin celle des tortues vivant plus de 210 ans ou des palourdes quahog qui peuvent vivre plus de 405 ans. Certaines colonies auraient plusieurs centaines voire plusieurs milliers d'années selon les experts de la NOAA.

Exploitation en joaillerie 

Récolté depuis la plus haute antiquité, on en utilise l'axe calcaire en joaillerie (l'or rouge).

Modes d’exploitation

L’exploitation du corail rouge se fait par plongée sous-marine (Scuba), à bord de 9 bateaux corailleurs (Barjavel, Mimosa, Karama, Bora, Monica, Bonito, Samia, Argo 1 et Argo II). Environ 20 à 35 mn de plongée est la durée que passe le plongeur sous l’eau pour la collecte du corail. Généralement cette opération est réalisée par un ou deux plongeurs qui sillonnent une surface entre 30 et 50 m², utilisant pour respirer des bouteilles de plongée contenant généralement de l'air comprimée autour de 200 bars.

 

La récolte à la main par marteau est le mode d’exploitation autorisé par la loi marocaine. Cette méthode apparaît beaucoup plus sélective et capable de respecter les limitations de tailles des colonies exploitées.

Etat du stock
      • Stock dégradé en Méditerranée (zones Tofinio et Topo)
      • Biomasse du stock en diminution entre Cap Spartel et Larache depuis 2010. 
Règlementation en vigueur 
      • Instauration d’un quota de 500 kg/corailleur/année pour une durée maximale de 3 ans (2014-2016).
      • Limitation de l'effort de pêche dans la zone de Cap Spartel à partir de la latitude 35°36’ Nord.
      • Instauration d’une taille marchande dont les diamètres des colonies sont inférieurs à 7 mm.