En matière de propriété industrielle et production d’innovation en Biotechnologie, l’organisation Mondiale de la propriété intellectuelle    a couronné les efforts fastidieux de l’inventeur Kharroubi Mariem et son équipe   par la publication d’un brevet PCT international relatif au procédé d’extraction de collagène à partir des écailles de sardine. Cette extension à un périmètre mondial est très positive au regard de la notoriété nationale et internationale que s’est taillé l’INRH en tant que déposant institutionnel. En effet, l’INRH s’est hissé au Top 6 des déposants nationaux de brevet PCT. Aujourd’hui, l’innovation est forcément mondiale et l’INRH l’a bien compris puisqu’il est résolument inscrit dans une perspective d’innovation plus globale.

En 2018, le portefeuille de la propriété intellectuelle de l’INRH s’est garni par un deuxième dépôt de brevet relatifauprocédé de production d’une autre molécule marine à partir des écailles de sardine et deux autres brevets sont attendus pour 2018. L’innovation n’est pas le fruit du hasard, c’est un long processus qui permet de développer, de manière prédictible, des produits innovants susceptibles d’être mis sur le marché. Et c’est un peu le savoir-faire que l’INRH a développé ces dernières années. Sous cet angle original d’analyse de dynamique économique, l’INRH à travers son laboratoire des Biotechnologies à Agadir a donc amorcé un nouveau chantier de développement d’industrie puisque les dépôts de brevets d’aujourd’hui sont les innovations sur le marché de demain.