COMMUNIQUE DE PRESSE

Dans le cadre de ses programmes de recherche en océanographie visant à approfondir nos connaissances sur le milieu marin, l’Institut National de Recherche Halieutique (INRH) vient de renforcer son système d’observations océanographiques par l’acquisition de sa première bouée météorologique et océanographique (METOCEAN), une première au Maroc, et l’a installée  le 04 octobre 2016 au large de Dakhla par le navire de recherche espagnol «Alvarino Angeles» dans le cadre de la collaboration avec l’Institut Océanographique Espagnol (IEO) et le PLOCAN des Iles Canaries. Le coût global de cette acquisition est de 4 Mdh.

Dans un contexte d’environnement marin changeant lié au changement climatique et de renforcement de la surveillance de nos océans, cette bouée permet la collecte instantanée des  paramètres météorologiques et des paramètres du milieu dans la zone de Dakhla,  en vue de suivre en continu et en temps réel les processus hydroclimatiques majeurs dans la région du sud du Maroc pour le fonctionnement des écosystèmes marins et d’en étudier les impacts du changement climatique sur les ressources halieutiques. 

En surface, elle est équipée de capteurs  météorologiques permettant la collecte en continu des observations de la vitesse et la direction du vent, de la pression atmosphérique et de la température de l’air.

En subsurface, elle est équipée de senseurs océanographiques permettant la collecte en continu des observations de la houle, du courant, la température de l’eau,  la salinité de l’eau, la turbidité de l’eau, l’oxygène dissous, la fluorescence, le Ph, …) de la zone de Dakhla.

Equipée également en système de positionnement par GPS (Global Positioning System) et par AIS (Automatic Identification System), elle permet le transfert en temps réel des données météorologiques et océanographiques, par liaison satellite, au centre de collecte des données basé à l’INRH  de Casablanca.  

Les données issues de cette bouée vont  permettre d’alimenter nos  systèmes  nationaux d’observations marines, en appui au renforcement du dispositif de la modélisation hydrodynamique et de servir également de plateforme océanographique régionale au niveau du continent africain et contribuer aux programmes internationaux en océanographie de la Commission Océanographique Intergouvernementale de l’UNESCO (IOC/UNESCO).