En matière de coopération, l'INRH adopte une stratégie de diversification de sa coopération scientifique et technique avec ses partenaires et renforce sa présence institutionnelle dans les instances internationales et les dispositifs de recherche notamment d'évaluation et de suivi des pêcheries et de protection de l'environnement marin et littoral.

Cette coopération , sous ses formes multiples, a permis à l'INRH de s'ouvrir sur son environnement national, régional et international et également d'échanger de l'information et de l'expertise et de permettre à son personnel de se perfectionner, de se recycler et de compléter sa formation.

L'INRH s'est employé cette dernière décennie à consolider son ancrage en Afrique et plus particulièrment au Magherb par la signature de différentes conventions de coopération et la création d'un réseau des instituts Maghrébins des sciences de la Mer, et à approfondir son partenariat sur des projets porteures et des thématiques se rapportant à l'environnement avec les institutions de pays d'Europe, Afrique et Asie : la France( L'IFREMER, IRD) le Japon (l'agence de coopération japonaise), la Fédération de Russie (ATLANTNIRO) et l'Espagne (IEO). Il a entrepris également des partenariats avec des institutions intérnationales tel que l'AIEA, dans le cadre des programmes des Nations Unies pour la protection de l'Environnemen (PNUE).

A- Coopération nationale :

En plus de ses activités au sein du réseau REMER, l'INRH mène une coopération active avec plusieurs organismes universitaires nationaux et contribue énérgiquement à la formation par la recherche en ouvrant ses laboratoires aux étudiants marocains et étrangers.

L'INRH a également établi plusieurs partenariat et conventions avec des acteurs institutionnels ou privés dans différents domaines, à souligner en particulier la convention tripartite INRH-DPM-ONSSA relative à la surveillance de la qualité sanitaire des produits de la mer, la convention cadre tripartite INRH-DPM-ANDA portant sur l'accompagnement du développement des activités aquacole et la convention tripartite INRH-DPM-Haliopolis relative au CSVTPM.

L'INRH mène également des travaux de recherche en étroite collaboration avec des institutions homologues comme le CNESTEN.

B- Coopération bilatérale :

Dans le cadre de la coopération bilatérale, l'INRH a établi des conventions et des protocoles de coopération en matière de recherche scientifique marine et de développement des capacités et des infrastructures de recherche avec plusieurs Instituts et Centres des pays amis. Les coopérations les plus actives en 2012 sont :

Pays Contenu de la coopération
Japon Infrastructures de recherche et navires de recherche
 
Projet « Développement des capacités d'évaluation pour une gestion rationnelle des petits pélagiques » financé par l'Agence japonaise de la coopération internationale)
 
Projet d'écloserie de la Méditerranée (JICA)
Espagne Expertise (Pêche, RSSL-Phytoplancton toxique) (IOE)
 
Infrastructures de recherche (laboratoire de pathologie)
 
Projet « OMARAT» dans le cadre de la Coopération Maroc-espagnol avec un appui financier du gouvernement des Iles Canaries
 
Aquaculture (ICCM) et Réseau AQUATRANS
 
Projet Quemomar (IEO)
 
France Projet de recherche EPURE (IRD/PoleMer/UBO/ANR) (2012-2015);
 
Expertise et formation (RSSL-pathologie) (IFREMER)
 
SIH (IFREMER/AFD)



C- Coopération multilatérale et régionale :

L'INRH consolide sa présence institutionnelle au sein d'organismes internationaux et régionaux de gestion et de conseil dans le domaine des pêcheries (COMHAFAT, CGPM, ICCAT, COPACE, COI, PNUE) et de la surveillance de la pollution marine (PNUE, AIEA). Il participe aux conférences des parties des conventions internationales de la Biodiversité, des Changements Climatiques, de la CITES et le RAMSAR ainsi que celles des autres Organisations Internationales, telles que l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN), le Fonds Mondial pour la Faune Sauvage (WWF) etc.

D- Partenariat et implication dans les projets de recherche :

L'INRH participe activement à de grands projets et programmes régionaux visant la mise en place de l'approche éco-systémique et la protection de l'environnement marin. Il s'agit en l'occurrence :

. Projet FAO /EAF-NANSEN portant sur l'application d'une approche écosystèmique des pêches ;

. Projet CCLME visant la compréhension et la prise en charge des problématiques liées à la dynamique du grand écosystème marin du courant des Canaries ;

. Programme MEDPOL pour la surveillance de la pollution tellurique en mer Méditerranée.

L'INRH collabore également à différents projets et réseaux de recherche internationaux, notamment européens, tels que : AQUAMED, CARBOCHANGE, PERSEUS, CREAM, EPURE, COPEMED II, RAF 7.